Christian Parra et Franck RozèsPlat boudin noir aux pommes

Voici l’histoire du boudin noir de Christian Parra avec notre conserverie.

Christian a été initié dès son enfance au « bien-manger ». Il a grandi « dans la ferme-épicerie familiale où régnaient des odeurs de fruits et d’épices, de biscuits et de morues, de quoi vous développer le sens de l’odorat dès la petite enfance. » A l’âge de 7 ans, il participe à sa première « tue-cochon ». Là, il fait ses premiers pas dans la gastronomie sous l’œil attentif de son grand-père.

Cette enfance rurale autour du comptoir de l’épicerie lui a forgé un caractère jovial. Il a une voix pleine de charme pour chanter ses airs favoris en grattant sa guitare. Cet homme, haut en couleurs, ne peut pratiquer qu’une cuisine généreuse !

Il a tenu avec Anne Marie, son épouse, la magnifique auberge « La Galupe » à Urt où il obtint deux étoiles au guide Michelin.

Puis, il y a une dizaine d’année, Christian laisse son restaurant. Il consigne toutes ses recettes afin qu’elles ne disparaissent pas dans son livre : « Mon cochon de la tête aux pieds ». Mais, une fois fait, cet homme là s’ennuie : il lui manque quelque chose…

La rencontre a lieu en 2005. Le pari n’est pas évident pour nous deux ; ce sont deux métiers qui se rencontrent. Il a fallu d’abord faire entrer un grand chef dans les cuisines d’Anne Rozès, peu habituée à ce genre de visiteur. Mais vite, nous nous sommes aperçus que nous avions la même rigueur. Il a fallu s’accorder sur quelques détails pour arriver à reproduire le boudin en conserve sans dénaturer la recette de Christian. C’est un pari réussi et reconnu dès 2006 par Le Coq d’Or du Guide des Gourmands d’ Elisabeth de Meurville !

Depuis, la conserverie Anne Rozès fabrique et commercialise le boudin noir de Christian Parra, et  les belles brasseries de l’hexagone proposent à leur clientèle conquise notre fameux boudin noir !

Franck Rozès.